AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 don't cry, go shopping and get over it ☼ mia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Alisha Miller
sassy queen
MESSAGES : 154 HERE SINCE : 27/09/2017 AVATAR : Magdalena Zalejska. CREDITS : money honey (ava)

IN MY HEART : en couple avec son pot de nutella
MessageSujet: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   Mar 3 Oct - 23:49


Young and stupid
mia beckers & alisha miller
Sydney n'était plus plombée de trop de soleil. La place était battue par le vent, secouée de rafales et léchée par des langues de brume légère. Les toits d'ardoises luisaient d'humidité et le grondement furieux de la foule se refermait sur Alisha comme un cocon monstrueux.

Elle arpentait les dalles rocheuses, enlacé dans ses propres bras,  menton levée vers les cieux, et se disait que ça pouvait être drôlement terne, les places provinciales, sans les éclats de rire et l'odeur du soleil.

K. était parti cueillir les plaisirs de la ville de ses pas trainants, la mine consternée et le nez pointé vers l'horizon. Parce que ce matin là, elle rejoindrait Mia. Et parlons-en, de consternation.
Mia, c'est le nom que prennent les problèmes lorsqu'ils veulent sourire et vous séduire, et vous écorcher, pour finir par vous sourire une nouvelle fois. La jeune femme semblait être tout ce que l'homme détestait, une créature merveilleusement abjecte qui recevait une admiration qu'elle ne méritait pas et qu'elle n'était même pas foutu de rendre. Une égoïste, une pure et dure comme on en faisait plus. C'était, tout du moins, ce qu'il se plaisait à affirmer. Et il suffirait simplement qu'on le laisse faire, qu'on l'abandonne entre ses crocs une fraction de seconde pour qu'il en perce la chaire, la lacère. Par le tranchant de l'émail ou simplement le poids des mots. Surtout des mots. Il la lapiderait de ses paroles, le souillerait de son venin comme aux outrages, creuserait des sillons dans son regard et transformerait ses entrailles en véritable mangeoire.
C'était le sort qu'il réservait à ces princesses de la modeste bourgade.
Aux filles comme elle.

Alors oui, K. semblait haïr la jeune Beckers. Mais Alisha, elle, y voyait un tout autre tableau. Un beaucoup plus insidieux, infiniment pernicieux où ces mots d'enfants bêcheuses, cet orgueil naïf et vain, n'était rien de plus qu'un moindre mensonge qu'on distribuait au quotidien. Un jeu de dupe qu'on cultivait simplement dans un milieu où l'erreur n'était pas admise. Il vous fallait être belle, intelligente, vive et infaillible. Parfaite. De cette perfection plastique qui n'existait que dans le but d'enfouir les défauts sous une montagne d'artifice. Une lady ne faisait pas de caprice, elle conquérait. Une fille de bonne famille n'était pas vulgaire, elle avait un fort caractère. Et ce sont toutes ces douces nuances qui venaient bercer leurs enfances. Toutes ces tendres pressions qui lançaient un pari entre elles et le monde. Avec des "parce que".

Parce qu'il y a cette voix qui murmure constamment à leurs oreilles. Parce qu'il y a ce que tous relevaient comme une évidence. Les trompe l’œil du quotidien comme les jeux du destin. Parce qu'il y a le temps soluble qui se confond avec les mensonges. Les heures passés loin du monde, les plaisanteries, les sourires, les rires; les images dissonantes, les certitudes qui s'effacent. Et son regard qui peu à peu s'était habitué à voir au delà des "on dit". Qui essayait de la voir elle. Juste elle. Parce qu'elle a l'impression que Mia l'ogresse n'est rien de plus qu'un mirage, un bon coupable. Et c'est peut être là le nœud du problème - cette amer impression de perpétuer les mêmes erreurs qu’autrui. Elle hait la simple idée que mademoiselle puisse être une autre elle, une petite version édulcorée des enfants sans attaches, une version cristalline qui pourrait avoir eu moins de chance, avoir été jugé trop tôt, trop vite et sans aucune forme de procès. Parce que chaque sourire qu'on lui arrache est une occasion perdue. Parce que, parce que. Parce que.
Parce qu'elle en avait envie, tout simplement.

▬ Tu parles d'une ligne express...

Alisha, elle avait toujours peiné à être ponctuelle, d'autant plus lorsque la morale ne la contraignait pas à être "parfaite". Lorsque sa proximité avec autrui l'absoudait de son habituelle masque de jeune fille de bonne famille. Alisha, elle était en retard. Comme d'ordinaire. Non. Comme toujours. Mais elle ne retint pas le sourire qui ourla ses lèvres lorsqu'elle vit sa silhouette se profiler au loin. Il n'y avait, après tout, rien de plus prolifique qu'un après midi shopping entre amie.
xoxo
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 75 HERE SINCE : 02/10/2017 AVATAR : lily maymac CREDITS : neovenus (avatar)

IN MY HEART : $$$$
MessageSujet: Re: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   Jeu 5 Oct - 11:16


don't cry, go shopping and get over it

alisha miller
avec
mia beckers





«  les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent êtres, donc on se laisse tromper par les apparences. rares sont ceux qui ont l’intelligence de voir ce qui se cache derrière le masque. »

code par dopey -

Elle rigole, d'un rire léger. Il est moqueur, méchant et mesquin. Elle se venge. Et la personne en face serre les dents, parce qu'on lui répond jamais à Mia. On répond rarement, le harcèlement fait pression, la peur empêche de répondre. Au final, Mia n'en a que faire. Parfois, elle a des remords, elle s'en veux, elle repense à avant. Alors elle ne regrette plus. Elle hausse les épaules, neutre et laisse la personne en plan. C'est un poison Mia. Un doux poison qui s'infiltre dans l'sang pour se propager. Elle change les manières, parfois elle est tendre, parfois elle est glaciale. Tout dépend de son humeur, tout dépend de la personne en face d'elle. La blonde a du mal avec la socialisation. Ses parents en sont tristes, alors Mia avait rejoins le club, où elle joue un rôle. Encore un autre masque, encore quelque chose qu'elle prétends. Ses parents étaient heureux, alors ça lui convenait.
Au départ, elle avait fait semblant, comme d'habitude, elle se montrait comme les filles voulaient la voir, elle changeait encore de facette. Ça satisfaisait tout le monde, c'était bien. Puis le temps passait, et Mia devenait peu à peu naturelle avec les autres filles. Elle avait peur, mais personne ne savait rien de comment elle se comportait, car elle restait discrète quand elle brisait quelqu'un. Chaque morceau, chaque phrase, tout était calculé pour éviter de faire trop de vagues. Ne pas attirer l'attention.

Mia avait donc fait un rapprochement banal avec les filles. Elles discutaient, faisait du commérage. Et la douce Mia était là, attentive, un sourire présent sur son visage. Elle participait plus au moins, car même si la base avait été à contre coeur, maintenant ce n'est plus la même chose. D'ailleurs aujourd'hui, elle retrouvait Alisha, pour aller faire un peu de shopping, sortir. Avant, c'était quelque chose qu'elle n'aurait jamais voulu faire. Déjà se rapprocher de quelqu'un, devoir redonner une certaine confiance. C'était dur, mais en même temps, la solitude, c'est compliqué à vivre aussi. Et plus le temps passait, plus parfois Mia se perdait, dans cette solitude.

La peur nouait quelque fois son ventre. et si, on découvrait. et si les filles savaient. et si. Papa a souvent dit qu'avec les et si, on refait le monde. Alors elle ignora ce sentiment. L'ignorance, c'était le plus facile. Elle avait l'habitude de cacher, d'ignorer les choses, de feindre. Elle se reprends, elle n'avait pas le choix, de toute façon, elles s'étaient données rendez-vous avec Ali, et vu l'heure, il fallait qu'elle essaye de se dépêcher.

Westfield, un centre commercial populaire. Mia avait un petit job étudiant là bas, quand le magasin avait besoin d'elle, le responsable n'hésitait pas à l'appeler. En ce moment, étant une période calme, elle n'avait pas été beaucoup appelé.

Mia arriva au point de rendez-vous et attendit son amie. Ça va, elle qui pensait être arriver juste, au final, Ali n'était pas encore présente. Quelques minutes après, la Beckers pu l'apercevoir, Alisha arrivait au loin. Un léger sourire s'étira sur les lèvres de la blonde. « Bah enfin ! Ça fait limite une heure que je t’attends » mia était dans l’exagération totale et le fit comprendre en riant puis elle rajouta « tu vas bien? » tout de même, les politesses, on s’inquiète de ses amis, savoir comment ils vont, et c’est vrai que ça faisait un moment qu’elle n’avait pas vu Alisha. Après un moment, ça veut tout et rien dire... Et comme Mia en faisait souvent des tonnes pour rien... Peut-être aurait-elle du songer à une carrière en tant qu'actrice au lieu de médecine, ça aurait pu coller à sa personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alisha Miller
sassy queen
MESSAGES : 154 HERE SINCE : 27/09/2017 AVATAR : Magdalena Zalejska. CREDITS : money honey (ava)

IN MY HEART : en couple avec son pot de nutella
MessageSujet: Re: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   Ven 6 Oct - 1:26


Young and stupid
mia beckers & alisha miller
Alisha avait vingt trois ans, et on l'appelait Mademoiselle Miller.
Loin de l'effervescence estivale, un corps languide s'animait sous la brise matinale. Elle n'était pas le genre de fille que l'on voyait souvent seule. Il avait toujours été dans son intérêt de devoir s'afficher auprès de quelqu'un, que ce soit pour les autres comme pour elle même, elle n'était pas une grande experte en matière de solitude. Le succès était synonyme de conventions sociales, et si cela devait passer par la popularité avant tout, qu'il en soit ainsi. Elle appréciait la chaleur factice d'un groupe d'amis qui n'en était pas. Une bande vague d'inconnu qui n'en avait souvent rien à faire de ses états d'âmes. Elle les préférait même à tout autre, de peur que certaines choses transparaissent sur le masque lisse de son visage.

Et aujourd'hui, mademoiselle Miller était accompagnée de Mia.
Mia jolie aux mots acides qui se pavanait au quotidien avec son minois de petite fille. Mia épicé que certains avait la bêtise de vouloir apprivoiser. Alisha, elle s'amusait des excentricités de sa petite blonde, de son visage de poupon lorsqu'elle prenait ses airs furibonds.

▬ J'ai eut un empêchement.

Menteuse.
Elle eut un léger rire, vilaine petite menteuse.
Après tout, Alisha et ses éternels retards, c'était tout une histoire.
Mademoiselle se passa la main derrière la nuque, un geste inconscient qui n'avait nulle autre finalité que de souligner son sourire effronté. Une moue faussement innocente, de celle qui se savait fautive, parfaitement condamnable, mais qui pour rien au monde ne l'aurait assumée. Et à force Mia, elle les connaissait. Les bêtises d'Alisha, les frasques d'Alisha. Son exubérance, ses railleries incessantes, toutes ces petites choses qui la constituaient, ces moindres mensonges du quotidien. Pour son air chafouin, on se couperait une main et quand à la vue de son décolleté, il est préférable de ne pas en parler. La séduction, c'était tout ce que son milieu lui avait enseigner. Toutes ces mimiques, toutes ces expressions qui devaient la rendre charmante aux yeux du monde, attrayante, elle avait apprit à les magnifier. Et cet attrait, elle le façonnait de la pointe de ses cils, de la candeur de ses iris, sur le goût de ses lèvres, teintent de groseille ou de vermeille. Alisha, elle séduisait ou rebutait, attirait ou exécrait, fascinait ou répugnait. Mais l'indifférence? Jamais elle ne la suscitait.

▬ Je me porte comme un charme. Et toi ma belle, prête pour notre traditionnel marathon shopping?

Elle eut un sourire espiègle en venant enrouler son bras autour du sien.
Entre les belles, toute frivolité devenait affaire de tradition. Des soirées pyjamas aux séances shopping. Des ragots dans les salons de thés à leurs histoires d'amours romancés. Vivre en étant une lady avait forcément quelque chose de passionnant, de palpitant, emplit d'une énième complication que leur statut seul suffirait à leur incomber. Parce que dans leur monde, tout était question d'apparence et ce sont ces mêmes contraintes, cette même hypocrisie ambiante qui avait réussit à les réunir. Parce qu'il n'y a qu'être vrai qui revêtait un quelconque intérêt lorsque jouer son propre rôle sonnait irrémédiablement faux. Il n'y avait plus besoin de faire semblant les unes auprès des autres, lorsque chacune savait qu'elles se mentaient les unes aux autres.
D'une manière ou d'une autre.

▬ Et j'espère que tu as réussit à briser notre signe infernal de la misère sentimentale!

Parce que le sexe comme l'amour, demeurait et demeurerait toujours un vaste débat.
xoxo
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 75 HERE SINCE : 02/10/2017 AVATAR : lily maymac CREDITS : neovenus (avatar)

IN MY HEART : $$$$
MessageSujet: Re: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   Sam 7 Oct - 15:09


don't cry, go shopping and get over it

alisha miller
avec
mia beckers





«  les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent êtres, donc on se laisse tromper par les apparences. rares sont ceux qui ont l’intelligence de voir ce qui se cache derrière le masque. »

code par dopey -

Mia regardait Alisha. La brune avait toujours un beau et doux sourire. Celui qui est sincère, qui vous attire. Celui qui donne envie de se confier, celui qui vous donne confiance. Parfois, Mia se sentait coupable, quand elle voit les beaux sourires. Pourquoi est-ce que Alisha arrive en faire des vrais, et pas elle. Pourquoi n'a-t-elle jamais envie de s'ouvrir aux gens, sauf quand elle est forcée - ou que l'intérêt est loin d'être... désintéressé, justement. Enfin, elle ne préfère pas revenir sur ça, pour l'instant, elle allait profiter de sa journée, de leur journée shopping. Ali prétextait avoir eut un empêchement, et elle riait. Mia leva les yeux au ciel, avec un joli sourire. Comme si elle la croyait. Mais elle ne lui en tenait guère rigueur puisqu'elle-même avait fait du cinéma pour rien, car le retard ne la gênait pas. D'autres étaient ponctuelles, Mia y était pour ce qu'elle voulait, par exemple, les cours, mademoiselle était loin d'être à l'heure, mais elle savait resté dans la discrétion - pensa-t-elle.

Alisha enroula son bras au sien en répondant qu'elle allait bien, elle retourna d'ailleurs la question. « Pareil. J'avais tellement hâte ! Ça me manquait et ma garde robe manque cruellement de fringues. » oh la menteuse. enfin tout dépend de la vision où on prenait cette réplique, mais Mia était le genre de fille à avoir un placard à débordé de fringues, mais qui se plantait toujours devant en ne sachant pas quoi mettre. Évidemment, elle allait se plaindre qu'elle n'avait rien, alors qu'elle mettait ses habits une fois avant de les oublier au fin fond de l'armoire. Et les habitudes pour remplir son armoire, c'était avec Ali.

Les apparences ne comptaient pas tant que ça pour Mia, mais elle aimait plaire et surtout se plaire, physiquement du moins. Mais dans le monde où elle vivait, tout était régit par l'argent, les apparences comptaient bien plus que ce que l'on était. Il n'y a qu'à la voir elle. Avec l'influence de ses parents, son influence, peu de gens osaient rétorquer. Et ceux qui rétorquaient, si elle pouvait, elle les casserait en deux, sauf qu'elle le fait d'une autre manière. D'une voix suave, qui cache le poison qu'elle en dégage. C'est compliqué de marquer Mia, elle ne retient personne, passe au dessus. d'un je m'en foutisme royal.

Mia commença à avancer vers les magasins, toujours Alisha à son bras. Qui lança un sujet épineux. Sentimental. Mia la regarda, comme si elle allait vomir. Toujours dans l'exagération, puis elle lâcha un énorme soupire. « franchement même vivre dans le désert ça serait plus palpitant. personne me fait vibrer et quand y'en a une, je te raconte pas ce que la personne cherche. » elle mentait à moitié, personne ne la faisait vibrer, évidemment il y avait des contacts physiques mais cela n'allait pas plus loin, personne s'accrochait et elle encore moins, vu comment elle les envoyait promener après. Mais elle cherchait aussi beaucoup de physique, pas d'accroche. Elle se mit ensuite à sourire « et toi alors? » curiosité quand tu nous tiens, Mia adorait savoir les petites histoires palpitantes de ses amies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alisha Miller
sassy queen
MESSAGES : 154 HERE SINCE : 27/09/2017 AVATAR : Magdalena Zalejska. CREDITS : money honey (ava)

IN MY HEART : en couple avec son pot de nutella
MessageSujet: Re: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   Lun 9 Oct - 0:39


Young and stupid
mia beckers & alisha miller
Elle rit Ali.
Son hilarité résonne jusque dans les poitrines.
Et puis elle s'élança dans la galerie marchande, notant d'une oeillade distraite les regards qui s'attardaient sur leur tandem même si au fond, elle s'en fichait. Cette sortie avait au moins eu le mérite de briser la monotonie de leur quotidien. De rompre ce cycle ininterrompu de cours et d'obligations, de conversations frivoles tournant autour de la monde et des affaires alors qu'elle s'efforçait de conserver le sourire poli accroché à ses lèvres. Avec Mia, tout était plus simple. Avec Mia, les sourires devenaient sincère. Et cette façon d'en rire encore. Cette manie de plaisanter avec la petite blonde en enroulant une mèche de cheveux autour de son doigt et de chantonner lorsqu'il y a un silence. Alisha et sa manie de regarder l'assemblée comme si elle était assise dans une salle de spectacle. Elle glissa sa main jusqu'à la poche de sa veste pour sortir son téléphone avant de le consulter brièvement. Après tout, c'était un jour de fête. Peut être que K. finalement, les rejoindrait.

▬ Bah voyons, si ta garde robe manque de fringue moi je serai bientôt à court d'argent. Tu portes jamais deux fois le même vêtement !

Mia faisait partit de ces jeunes femmes qui affichaient perpétuellement un style irréprochable. Jamais il ne lui viendrait à l'esprit de porter incessamment le même jean, et même les bijoux qui venaient parfois ornementés ses tenues relevaient du dernier cri. Mia était populaire et tout dans son attitude le criait. Pire, elle en jouait. C'était là leur marque de fabrique après tout, surfer sur la vague du bon goût. Une belle ne portait que le meilleur et ne désirait que le meilleur. L'envie était leur meilleur alliée comme leur pire ennemie. Car l'envie était tout ce qu'elles inspiraient et tout ce qu'elles nourrissaient. L'envie de l'autre, l'envie de rien, l'envie de combler le vide qui parfois grandissait entre leur rein. L'envie, elles s'en repaissaient  comme elles le fuyaient. L'envie était toute la contradiction de leur démence et de leur dissonance.  Parce qu'elles s'étiolaient.
Parce qu'un peu plus à chaque fois, une part d'elles mourrait.

▬ Je ne sais pas trop. Il s'est passé un truc une fois. Un truc pas clair et un peu flou. Celui où tu sais jamais si t'as juste bu ou si c'est vraiment arrivé tu vois? Un truc magique et un peu trop cru.

Alisha, elle avait un don pour ça. Pour ne rien dire tout en disant tout à la fois. Pour faire languir en prononçant c'est mots qui n'explicitaient absolument rien. Oui Alisha. Elle enfonçait Mia dans l'attente. Elle piquait sa curiosité avec la délicatesse d'un baiser déposer sur sa joue rosée. Mais déjà, elle s'échappait. Déjà, son attention vagabondait. Sur  une vitrine où les robes d'étés côtoyaient les escarpins dorés. La frivolité. La légèreté. Toutes ces choses préférables à la complexité de l'inexplicable. Toutes ces choses auxquels on se raccrochait pour combler les crevasses de l'âme.

▬ Ma Mia, je crois que cette robe là est faite pour toi.

Et mademoiselle l'entrainait déjà dans la boutique, tourbillon juvénile qui ne lui laissait aucun répit. Alisha et son sourire. Alisha et ses rires. Alisha qui décrochait la robe de son cintre pour la plaquer contre le buste de son amie. Et mademoiselle s'éparpillait. Et mademoiselle vivait, dans l'ordre de son désordre. Dans cette vie d'adulte encore adolescente.
xoxo
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 75 HERE SINCE : 02/10/2017 AVATAR : lily maymac CREDITS : neovenus (avatar)

IN MY HEART : $$$$
MessageSujet: Re: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   Dim 15 Oct - 21:45


don't cry, go shopping and get over it

alisha miller
avec
mia beckers





«  les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent êtres, donc on se laisse tromper par les apparences. rares sont ceux qui ont l’intelligence de voir ce qui se cache derrière le masque. »

code par dopey -

Mia savait qu'elle allait passer un bon moment, avec Alisha, c'était assuré. Pourtant, Mia ne traînait que rarement avec de bonnes personnes comme Ali. Souvent, c'était des personnes vénales, des personnes qui ne s'intéressaient qu'à l'argent ou la popularité de Mia. Et elle ? Elle s'en fichait, elle ne voyait qu'une utilité avec ce type de personnes. Seulement y'avait des exceptions, et Alisha faisait partie des exceptions. Mia aimait bien être avec elle, sincèrement. Ça lui changeait des filles qui la suivaient sans rien dire, obéissantes comme des minions. Parfois ça faisait du bien, des filles qui réfléchissent pas, mais des fois, elle en pouvait plus donc, là, passer du temps avec Ali, c'était rafraîchissant. En plus, elle savait que ses parents étaient ravis quand Mia parlait positivement d'une personne, et c'était tellement rare. Vil venin qui sortait de sa jolie bouche, pour critiquer, enfoncer les gens. Une moue se peignait sur son visage quand elle repense aux paroles moralisatrices de sa mère. Oh, ils pourraient essayer de comprendre, mais elle, elle pourrait aussi essayer de se taire. sauf que tellement fusionnelle avec ses parents, elle ne savait pas tenir ses lèvres. C'était bien qu'avec eux.

La réponse de Alisha sur la garde robe réussit à arrêter un vrai rire à Mia, qui tira aussitôt la langue. « Je pense que tu exagères ma chère. C'est juste que quand on le met une fois, je trouve que c'est plus pareil...  » et Mia fit une petite moue d'enfant. Elle savait bien qu'elle exagérait elle. Toujours entrain de dépenser, comme une boulimie mais au lieu de nourriture, c'était la dépense. On pourrait même dire qu'elle jetait l'argent par les fenêtres au sujet des vêtements. Toujours à changer, toujours à racheter les nouveautés, à commander à des grands couturiers. juste pour essayer de se sentir bien. À nouveau, l'image de sa mère s'imposait en grand, avec des paroles, comme l'habit ne doit pas couvrir notre personnalité. Pourtant, c'est ce que Mia faisait, tout le temps. Se couvrir, juger, attaquer avant d'y être.

Ensuite, Mia écoutait attentivement les paroles de son amie. Ça l'intriguait, elle restait dans le vague, ça voulait tout et rien dire. Alors princesse Beckers s'impatientait, dans le bon sens, s'il y avait un bon sens. Car Alisha la rendait trop curieuse. Mia plissa les yeux. Elle pouvait comprendre, surtout quand ça parle de boire. Mia c'était un puits sans fond. Elle buvait, buvait, pouvait faire des choses, plus ou moins bien, plus ou moins mal, mais ne pas s'en souvenir. Combien de fois avait-elle viré des personnes de chez elle, de son lit. Combien de fois avait-elle supprimé les textos de numéro inconnu. Alors elle comprenait, ça lui donnait envie d'en savoir encore plus. « oh. l'alcool, quel bon ami ! Je vois tellement. Il s'est passé quoi ? qui ? » curiosité quand tu nous tiens, on pouvait lire en Mia comme dans un livre ouvert à ce sujet, car une fois sa curiosité touchée, elle ne cachait plus rien.

Alors que Mia était en attente d'une réponse de ses interrogations, Alisha remarque une robe et l'entraîna aussitôt dans le magasin. Mia suivait, en souriant. Alisha et sa bonne humeur. Alisha toujours entraînante et joyeuse. Beaucoup de fraîcheurs. Mia prit alors la robe et rentra dans la cabine avant d'appeler Alisha « j'arrive pas à fermer la fermeture dans le dos ! Il me faudrait de l'aide. » Mia se sentait bête mais bon, elle n'avait pas le choix que de demander l'aide de son amie, sinon, elle ne sortirait jamais de la cabine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: don't cry, go shopping and get over it ☼ mia   

Revenir en haut Aller en bas
 
don't cry, go shopping and get over it ☼ mia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inventons... Le jeu à boire des Reines Du Shopping!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
down under :: Lights of Sydney :: St James :: Westfield-
Sauter vers: