it's instant when a bond is born.


 
down under :: High level bullshit :: as useful as a fork in China :: Version n°1

it's instant when a bond is born.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
33
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Go Sang Gil
CREDITS :
@martyrgraph

IN MY HEART :
Solo comme dans Han Solo please
Mar 21 Nov - 20:23
ft.
Seo
Yunho
It's instant when a bond is born.
De l'agitation dans l'air, des orphelins turbulents et une directrice dépassé par les évènements.
Ce n'est pourtant pas la première fois qu'il y a les dites "portes-ouvertes" à l'orphelinat mais aujourd'hui parait être un jour pas comme les autres.
C'est aussi dans ses journées prévues, que les anciennes familles viennent faire un tour, histoire de tenir informer de l'évolution de leur petit protégé nouvellement adopté. Quelques fois, il y a des retours - Se Gi a tendance à se nommer "marchandise à possible péremption" -, parce que ça ne se passe pas spécialement bien avec la famille, souvent c'est à cause des enfants déjà présents - les légitimes comme on pourrait les citer -.

Il n'a pas spécialement de rancune envers les gens, mais il n'arrive pas à se faire une place dans cette grande bâtisse, rejeter par les autres orphelins, sa tendance à l'isolement n'arrange rien. Ses livres, ses peintures sont son refuge, son moment d'évasion où l'imagination surpasse la réalité. Où la tristesse et l'amertume s'envolent pour lui laisser un léger goût de sourire, à peine perceptible au commun des mortels.
Il aime cette tranquillité apaisante, ne sortant plus de sa chambre que pour les repas dans la grande salle arrangée en royal buffet pour l'occasion, et la douche - en partie commune - où la peur lui viscère les tripes à chaque minute.
Nombre de fois il s'est vu être pris au piège, comme un lapin devant le chasseur, paralysé par la crainte, les enfants s'évertuent à lui faire les pires grasses dont leur imagination est pourvue. Allant parfois jusqu'à le blesser. Involontairement ou non, Se Gi en doute.
Avec de la chance, il s'en sort avec des bleus, voir quelques écorchures mais c'est surtout son moral qui en prend un coup.

Par la fenêtre, il aperçoit nombre de couple remontés l'allée de la demeure, le sourire aux lèvres, ils semblent impatient de découvrir les possibilités de création d'une famille. Il y a ceux qui souhaitent faire une bonne action, d'autres qui ne peuvent pas avoir les leurs, et les derniers qui s'ennuient depuis le départ de leur grande progéniture.
On frappe à sa porte, il ne répond pas, le silence fera croire qu'il doit probablement dormir. Il ne veut pas rencontrer ses gens qui vont tout bonnement l'ignorer. Parce qu'il n'est pas comme les autres, parce qu'il porte sur son visage des traces de froideur, de distance. Parce qu'il s'afflige à lui-même cette punition. Sa mère l'a abandonné sans même une once de remord, il n'en a jamais vu les traits, il n'en connait même pas le prénom mais il se considère comme une erreur, comme quelqu'un qui n'aurait pas du naître, alors il n'a pas le droit d'avoir une famille rien qu'à lui, non.

Soupirant, il mâchouille son crayon, sa tête reposant sur la paume de sa main, il espionne en silence pendant quelques minutes, finalement peu intéressant, il retourne à son esquisse, un paysage qu'il tente de reproduire à partir d'une carte postale dérobée au détour d'un couloir.
Une voix se fait entendre - sa petite fenêtre à demi-ouverte - et intrigué, il relève les yeux pour tomber sur un jeune homme. De par sa silhouette, il le juge populaire, et lorsque ses traits deviennent plus nets, il reconnait sans grand peine Yunho, un orphelin bien connu d'ici. Son portrait est accroché au mur des adoptés et les enfants le vénèrent. Lui, il ne s'en préoccupait guère jusqu'à aujourd'hui. Alors qu'il voit un large sourire s'esquissait sur les lèvres de ce type, une haine sans nom lui chatouille les entrailles. Il le déteste, sans même le connaître, il ne supporte pas cette joie qui émane de lui. Peut-être est-ce de la jalousie...

Il grimace lorsqu'il croise son regard - il n'est pas tout à fait bien cacher des yeux indiscrets apparemment -, un court instant, ils restent à se fixer avant que SeGi coupe le contact, replonge sur sa feuille, ses doigts se crispant sur son crayon encore en main, sa bouche se déforme en une grimace de colère, les yeux se ferment fugacement et une seule perle salée s'échappe de sa paupière avant que d'un gestes rageur, il prenne sa feuille, la chiffonne en boule et la balance dans la pièce. Elle atterrit au pied de la porte, il plonge sa tête entre ses bras nouvellement croisé sur le petit bureau et souffre en silence, occultant le monde autour. Décidément, il déteste ses journées portes-ouvertes.

_________________

Dream about the impossible
Je doute de mon existence, j'ai ce besoin incessant de connaître mes racines, la raison de ma naissance. J'ai peur de me lier. Ce fil rouge que j'ai dû couper par inconscience. Je cours après ce qu'on appelle l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
38
HERE SINCE :
01/10/2017
AVATAR :
Song Yuqi (g-idle)
CREDITS :
Boulet pour l'ava

Mar 26 Déc - 14:37
[quote="Shin Se Gi"]
ft.
Seo
Yunho
It's instant when a bond is born.
Cette journée était spéciale. Enfin cette période était spéciale pour toi. Plus que Noel, tu l'attendais. Plus que ton anniversaire tu l'attendais. Qu'est ce qui t'agitait autant ? Le retour dans ton pays natal. Un bon dans le passé avec une tête au présent. Un avion qui t'emmenait là bas avec tes parents. Parents qui t'avaient trouvé là bas. Parents qui avaient voulu donner une nouvelle vie à l'enfant que tu étais. C'était plus rare qu'on ne le pensait, d'atterrir dans une famille et s'y sentir bien de suite. Et malgré tout tu avais fait tous les efforts du monde pour ne pas les décevoir, pour t'intégrer. Encore aujourd'hui tu souffrais de ce masque que tu voulais porter. Tu regardais les autres agir et puis tu faisais pareil, tu t'intégrais en oubliant qui tu étais pour faire plaisir à ceux qui t'avaient offert un nouveau départ.
Mais tu ne pouvais t'empêcher d'être heureux de retourner dans ce pays qui t'avait donné naissance. Qui était celle qui t'avait donné la vie ? A quoi ressemblait elle? Vivait elle bien ? Tu espérais que tes parents vivent bien, qu'ils soient heureux avec une famille à eux, qu'ils ne fassent plus souffrir quelqu'un comme ils t'avaient fait souffrir en te laissant. Malgré tout tu ne leur en voulais pas.

Alors en posant un pied sur cette terre bien connue tu avais pris une grand inspiration pour ressentir tout ce qui avait bercé ton enfance, bien loin de là où tu faisais ton adolescence. Tu étais encore bien jeune mais tu avais des souvenirs tout comme des ressentis. Tu savais que peu à peu tu oublierais celui que tu avais été ici. Même si tu garderais toujours en souvenir cet orphelinat. C'était d'ailleurs pour les remercier, et puis pour te laisser y retourner que tes parents t'emmenaient toujours aux portes ouvertes de l'orphelinat. Tu te souvenais très bien lorsque tu étais là bas adorer ces moments. Ce n'était pas tant par l'espoir d'avoir une famille mais plutôt pour tout ce que l'orphelinat faisait pour accueillir des parents. Gâteaux, jeux.. Des journées bien remplies avec beaucoup d'amusement. Là tu venais entouré d'un père et d'une mère bien occupés mais qui trouvaient un peu de temps pour parler à ces dirigeants et laisser leur "fils" dire bonjour à ceux qui avaient partagé sa vie.

En arrivant tu ne peux alors cacher ta joie et souris comme un bien heureux en regardant tous ceux que tu avais connu, avec qui tu avais vécu. Tu ris avec eux avant de lever ton regard. Une sorte de poids pesait sur tes épaules et tu ne pouvais t'empêcher de te demander ce que c'était. En relevant le regard tu croisas celui d'un autre enfant. Et ses yeux te rappelèrent rapidement une tête. Se Gi. Il était toujours solitaire, il était toujours seul contre tous. Tu étais sûr de toi lorsque tu avançais qu'il devait se battre contre tous. Et de ton âge, de ta position tu ne pouvais rien faire.

Alors tu abandonnas tes parents lorsqu'ils se mirent à parler avec la directrice montant rapidement les escaliers. Tu connaissais cette endroit par coeur. Comme ta poche, comme si tu avais passé bien plus de temps ici. Comme si c'était le seul endroit que tu connaissais. En arrivant devant la porte tu ne toques même pas. Tu sais très bien qu'il ne répondra pas. Ouvrant lentement la porte tu vois une boule de papier à tes pieds mais tu n'y prends pas garde. T'avançant doucement tu regardes le jeune homme sur son bureau.

- Tu ne descends toujours pas...

Il ne sortira pas, aucun parent ne pourra le voir. Personne ne voudra de lui. C'était la dure loi quand on était orphelin. Il fallait se montrer, il fallait se vendre et devenir le produit que les parents attendaient tous. Plus on vieillissait plus il était compliqué d'obtenir une place chère dans leur coeur. Alors il fallait faire vite. C'était une course contre la montre.

- Tu veux venir jouer ?

Tu ne t'attendais pas à une réponse positive mais tu te devais d'essayer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
33
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Go Sang Gil
CREDITS :
@martyrgraph

IN MY HEART :
Solo comme dans Han Solo please
Dim 31 Déc - 12:24
ft.
Seo
Yunho
It's instant when a bond is born.
Tu ne regardes pas qui est l’intrus qui vient de s'incruster dans ton antre, tu en devines les courbes musclées, voir détendues et ce sourire hypocrite sur la face. Il ne t'a ni provoquer ni humilier mais c'est sur lui que ta haine a décidé de s'écouler. Comme un puissant aphrodisiaque te prenant aux tripes pour y déverser toutes les méchancetés qui te viennent en tête. Qu'importe si elles n'ont aucun rapport avec lui, tu ne peux t'en empêcher, c'est juste plus facile ainsi. Plus facile que d'assumer le fait que c'est principalement de ta faute si tu en es là, si tu es comme ça, seul et détesté.
Tu ne te retournes pas, ton visage toujours caché dans tes bras, tu ne le relèves que légèrement pour permettre à tes lèvres d'esquisser une phrase pleine d'acidité.
"Jouer ? Pourquoi ? Parce que tu as pitié et que tu veux faire ta B.A du jour ?"

Bien, tu excelles dans l'art de t'isoler et de faire fuir les gens autour de toi. Mais n'est-ce pas ce que tu es depuis ta naissance ? Une erreur qui n'aurait pas du naître.
Fronçant les sourcils, tu attends qu'il refermes la porte derrière, comme tous les autres l'ont fait avant lui, baissant les bras face à son agressivité. N'essayant même pas d'insister, de percer cette coquille durcie avec les années. Ils n'ont ni la force ni l'envie d'apprendre à te connaitre, d'apprendre à vivre et de devenir proche de toi. Ils cherchent juste à se conforter dans l'idée qu'ils ont tenté. Rien que pour rassurer leur conscience et ne pas avoir honte de leur comportement.
Lâches, des abrutis qui ne méritent même pas ton attention.

Tu attrapes une boulette de papier qui traine sur ton bureau et tu lui lances, faisant pivoter ta chaise de bureau dans l'action. Les sourcils toujours froncés, le regard déterminé, tu le sondes, tu ne peux t'empêcher de jeter un vague regard à ses habits, à sa carrure beaucoup plus confiante, voir déterminée. Tu le hais pour ce semblant de bonheur qu'il te balance à la gueule sans le vouloir -ou peut-être que si, après tout tu ne le connais pas si bien que les autres - et tu te mords la lèvre inférieure en constatant que ton attirance envers les hommes n'est pas un rêve imaginaire. Sa présence le confirme et t'effraie en même temps. Tu as l'impression de cumuler les erreurs, de devenir lentement un monstre, un paria de la société dont personne ne veut s'approcher. Tu soupires et te remords la lèvre.
"Écoute, ne perds pas ton temps avec un cas désespéré comme moi. Va plutôt faire des courbettes à tes bons samaritains." Cette phrase a le mérité d'être clair et franche mais pourtant ton ton est plus calme, moins acide, comme presque de l'indifférence. Pour prouver à toi-même qu'il ne t'intéresse pas.


_________________

Dream about the impossible
Je doute de mon existence, j'ai ce besoin incessant de connaître mes racines, la raison de ma naissance. J'ai peur de me lier. Ce fil rouge que j'ai dû couper par inconscience. Je cours après ce qu'on appelle l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
38
HERE SINCE :
01/10/2017
AVATAR :
Song Yuqi (g-idle)
CREDITS :
Boulet pour l'ava

Jeu 25 Jan - 2:17
[quote="Shin Se Gi"]
ft.
Seo
Yunho
It's instant when a bond is born.
Il fallait bien quelqu'un qu'on déteste. Quelqu'un qui nous rappelle à quel point on se détestait. quelqu'un qui nous fasse sentir petit, insignifiant. Tu avais eu cette personne à une époque et puis tu t'étais calmé en faisant la paix avec toi même. Mais tu espérais ne jamais devenir cette personne pour personne. Pourtant en vue de comment te traitait le jeune de cette chambre tu commençais à comprendre que tu n'étais pas aimé. Pas du tout. Tu n'avais pourtant rien fait. Mais il existait des haines bien plus dure à expliquer qu'elles n'étaient réellement réelle. Tu avais grandi dans cet orphelinat et tu avais encore plus grandi en sortant. Le monde était différent de ce qu'on nous faisait croire et finalement l'orphelinat ressemblait à chaque endroit où vous finissiez. Mais personne ne le disait car quel était l'espoir sinon? LA famille pouvait aider. Alors on espérait au moins ça.
En regardant le jeune garçon garder sa tête dans les bras tu pus entendre sa réponse. Souriant un peu tu trouvais qu'il était bien trop acerbe pour un enfant de son âge et tu te rendais compte que les enfants grandissaient vite ici. Après tout on réfléchissait tous, ceux seuls et abandonnés le faisaient encore plus.

- Si c'était ça j'aurai déposé de l'argent devant toi et je serai parti.. Tu crois que je vais m'emmerder à jouer si j'en ai pas envie ?  

Ici tu pouvais être ton vrai toi. Et même si tu étais de nature joviale tu étais toujours franc. C'était bien beau d'être sur ses gardes. C'était mignon de vouloir jouer au grand mais que ferait il s'il trouvait quelqu'un qui restait ? Qui ne claquait pas cette porte ?
Ce n'est pas que tu avais de la pitié pour lui, de la compassion tout au plus. Tu venais d'ici toi aussi. Ton passé n'était pas clair et personne ne pouvait te dire pourquoi tu te retrouvais sans parents alors qu'il fallait un spermatozoïde et une ovule pour te concevoir. C'était si dur de comprendre un passé ? Tu avais un tas d'interrogations et tu te doutais que le jeune homme ait les mêmes. Tout le monde ici ressentait ce rejet puissant qui les faisait pleurer quand personne ne regardait.

La particularité de ce jeune homme était sa volonté d'éloigner les autres. Pris pour cible il était devenu ce que personne ne veut être; la risée. Mais tu n'étais pas de ces personnes qui allaient rabaisser les autres n'est ce pas ? LA bas tu faisais tout pour t'intégrer mais rabaisser pas encore. Tu n'y arrivais juste pas. Et si la boulette de papier devait être un bon avertissement pour que tu partes ça ne te fait rien et tu le regarde simplement en lâchant la poignée de la porte que tu tenais préalablement. C'était un peu comme approcher un animal sauvage blessé trop de fois par l'humain. COmment en croire un quand dix venaient de vous mentir et blesser ? Tu le comprenais et c'est pour ça que tu attendais, tu étais patient, au point de le laisser te détester. Si ça pouvait lui faire du bien.
Les mots étaient forts et cinglants, mais bizarrement ils te firent sourire dans une esquisse bien à toi. C'était comme ça qu'il se protégeait ? C'était nul.

- J'ai tout le temps qu'il me faut pour le faire. Un cas désespéré ? Tu penses pas qu'on est tous pareils? Moi ej trouve qu'on se ressemble

Ramassant la boulette de papier tu lui envoies pour qu'elle atterrisse sur son bureau.
-  Si tu veux pas jouer alors parlons



-  




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
it's instant when a bond is born.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BR]Complete Bond Blu-ray Box-Set
» Choose your last words This is the last time Cause you and I, we were Born To Die.. //Apple A NOTER
» ads instant hdtv pci code 10
» BORN TO BE A WALKER -inspiré de The Walking Dead- (CINQ ANS - SAISON 6)
» Fenêtres qui s'ouvrent toutes seules sur internet sous IE et Mozzilla

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
down under :: High level bullshit :: as useful as a fork in China :: Version n°1-
Sauter vers: