He is my secret - Page 2


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
51
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Kim Jennie
CREDITS :
j'arrive pas à lire sorry

IN MY HEART :
Boksun mais chut, faut pas le dire. Il se sentirait plus péter le gars.
Jeu 5 Oct - 20:12
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ « la belle au bois dormant ouvre les yeux ? » Tu souriais doucement avant de passer rapidement le bout de ta langue sur tes lèvres. Sèches, t’essayais de les rendre un peu plus humide, mais ce n’était pas gagné. « Le prince charmant m’a réveillé. » Tu marmonnais avant de lui attraper la main, c’était agréable de l’avoir là, près de toi, comme ça. Tu ne pouvais pas le nier. Le tirant vers toi t’humer son odeur, alléchante, qui te faisait frissonner. Tu ne pouvais pas le nier, le sentir, aussi bon, ça t’excitais, autant que ça te rendait heureuse. « ça doit changer de d'habitude. même moi j'apprécie. » Tu riais doucement en embrassant une des marques que tu avais laissé la veille. « Je vais m’amuser et acheter pleins de savon pour homme différent, jusqu’à ce que l’odeur de l’un me plaise vraiment. » Comment ça tu étais une fille une vraie ? Ce savon sentait bon, mais tu voulais voir si d’autres ne t’émoustillait pas plus que celui-ci. Mais tu ne pouvais pas rester comme ça, pas là, pas le lendemain de votre première nuit, parce que t’as peur de craquer et d’être faible. Te levant, tu lui demandais de s’occuper du café, pendant que tu t’occupais de la soupe. T’installant à table, tu vis la trousse de secours. Surprise, tu le regardais. Il ne s’était tout de même pas blessé ? « ah, non, c'est pas pour moi. c'est pour toi. ton dos doit te faire mal, non ? » Surprise de sa réponse, tu détournais le regard en rougissant. « Ca… Ça… va. Merci. » Tu avais terriblement chaud mais pour autant, tu posais la trousse à côté de toi l’air de rien. Attrapant la cuillère tu te mis à manger sans l’attendre. On pouvait clairement voir que tu étais gênée pour le coup. Toussant un peu, parce que c’est brulant, tu piochais un bout de viande dans la casserole avant de frissonner. Ça te faisait, tellement du bien. Tu pouvais sentir la soupe dans tout ton organisme. Pour une fois, tu semblais être toi-même. Tu mangeais sans te retenir, sans faire la fille poli. Pas que tu manges comme un porc, mais tu mangeais à ta faim, devant lui, sans te sentir jugée. Raclant ta gorge tu t’avachissais dans la chaise en posant tes pieds sur le bord de celle-ci. « Ah. Je suis repue. » Tu tapotais ton ventre en fermant les yeux. Et maintenant ? Qu’est-ce que vous allez faire ? Parler de quoi ?

_________________
Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
17
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
bobby
CREDITS :
//

Jeu 5 Oct - 20:21
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ dans une telle ambiance, tu en viens à te demander si quelque part là-haut, ta petite soeur ne serait pas en train de veiller sur toi, de t'envoyer des bonnes ondes et de s'assurer que ta situation s'arrangeait. même si elle n'était plus là pour s'en assurer elle-même, il y avait soo ri maintenant, qui remplissait les parts vides de ce qui te manquait depuis longtemps, avec des sentiments que tu ne préférais pas décrire, que tu ne préférais pas encore nommer, par peur de tout ruiner en te précipitant. y aller lentement, comme vous le faisiez ce matin-même, en buvant du café et en mangeant de la soupe ensemble, c'est déjà un miracle, si on considère la relation plus que tumultueuse que vus entreteniez il y a de cela quelques jours encore. toi qui t'étais toujours dit qu'il n'y avait que des mauvaises choses qui t'était arrivé depuis l'enterrement de ta soeur, tu veux retirer tes mots. parce que si soo ri n'avait pas été témoin de ce que tu avais fait, si tu ne l'avais pas embarqué dans cette folle aventure à tes cotés, tu serais seul aujourd'hui. et c'est quelque chose que tu ne préfère pas imaginer, pas quand tu est chaud des pieds à la tête, et pas seulement à cause du soleil qui vous inonde dans l'appartement, ou encore du café brûlant qui envahit ta gorge. c'est quelque chose que tu pourrais facilement reconnaître en regardant soo ri, mais que tu ne veux pas reconnaître. ralentir et garder une certaine distance de sécurité, c'était le mieux pour vous deux. surtout après la soirée que vous aviez passés la veille. tu ne peux pas juste commencer à te sentir éperdument fasciné par une femme qui pouvait te détruire comme elle pouvait te construire à partir de rien. l'entendre parler de toi comme d'un prince charmant, même si elle ne fait que suivre ta réplique, te fait rire doucement. il y avait une certaine évolution de personnage qui lui plaisait davantage que le toi d'avant, celui qui sentait mauvais et qui la malmenait comme un sac à patates. « mm, ça me tente. est-ce que je dois m'attendre à ce que tu me renifle tous les jours alors ? » quelqu'un d'autre aurait ressenti de la honte, d'être rappelé de son passé en tant qu'être odorant. mais toi, tu t'en fiche un peu, parce que ça ne date pas tant que ça, mais surtout parce que tu as l'impression d'avoir remonté une pente importante du gouffre dans lequel t'étais tombé par toi-même. dire merci à soo ri pourrait paraître bizarre sur le moment, et même si t'as envie de le dire, tu te retiens. à la place, t'espère que tes yeux peuvent faire passer le message. lorsqu'elle évoque la trousse de soins et que tu parle de son dos, ses joues se parent d'une splendide couleur rouge qui te fait immédiatement sourire, et tu ne manque bien sûr pas l'occasion de la taquiner là-dessus. « quoi, ça te gêne ? tu ne devrais pas. ça en valait la peine, non ? » t'espère ne pas t'avancer sur un terrain risqué, qu'elle ne t'envoie pas bouler en disant qu'elle avait vécue meilleure comme partie de jambe en l'air ou que tu prenait un peu trop la grosse tête à son goût. c'est juste dans ton caractère de titiller les gens comme ça, sur des sujets qui les gênent, même si tu ne le faisais pas si souvent ces derniers temps. tu en avais profité, elle en avait profité, tu ne dirais pas non pour recommencer et tu souhaitais qu'elle aussi. avoir de telles pensées au réveil et au déjeuner, ce n'est pas bon pour la digestion, alors tu te tais, et tu goûte la soupe encore chaude. le liquide fait des merveilles avec tes papilles engourdies par l'alcool d'hier soir, et tu ne te retiens pas d'exprimer ton appréciation, avec des grognements et autres bruits divers. tous deux, vous mangez sans aucune gêne l'un envers l'autre, heureux de pouvoir manger à votre faim et dans le calme. une fois fini, tu la regarde tapoter son ventre rempli, ton regard faisant l'aller-retour entre elle et la trousse de soins. elle n'allait pas aimer que tu insiste. ce pourquoi tu vas le faire quand même. « tu me laisse m'occuper de ton dos maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
51
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Kim Jennie
CREDITS :
j'arrive pas à lire sorry

IN MY HEART :
Boksun mais chut, faut pas le dire. Il se sentirait plus péter le gars.
Jeu 5 Oct - 20:25
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ Tu ne saurais dire si c’était une bonne façon de faire ou pas. Si vous aviez eu raison, d’aller aussi loin ou pas. Tu n’aurais jamais cru qu’un jour, tu écarterais les jambes pour Bok Sun. Ce n’est pas un gars avec qui t’as déjà fantasmé, ou un type qui a pu t’attirer, physiquement parlant. Il est le genre d’homme, auquel tu ne tournes pas le regard si tu le croises dans la rue. Pour autant, la façon, donc vous vous étiez rapprochés hier, et la façon dont il t’avait prise, te mettait dans tous tes états. Sa force, sa pseudo violence, ces coups de reins… Tu mangeais, en te souvenant de tout. Comme si tu avais appuyé sur le bouton replay dans ta tête.  Tu ne pouvais pas le nier, il avait su te donner un plaisir, celui dont tu avais follement envie depuis des semaines. T’avais du mal à te contenir, parce que tu avais chaud. Non seulement, la soupe te tenait chaud, mais en plus, tes pensées perverse n’arrangeaient rien. C’était tellement dérangeant bon sang… Tu déglutissais en essayant de ne plus y penser. De ne pas le regarder. C’est dingue, son visage, est devenu comme une sorte d’inspiration, tu le trouvais beau. N’importe quoi. Et puis cette phrase qu’il t’avait dite… « quoi, ça te gêne ? tu ne devrais pas. ça en valait la peine, non ? » La seule chose que t’avais pu faire c’est le regarder et sourire de façon timide. Tu ne le niais pas. Ca en valait la peine. T’étais pas du genre accro du sexe ou quoi. Mais ton corps en redemandait. Tu voulais sa bouche sur tes seins. Tu voulais sentir ses dents s’y enfoncer, ses lèvres, aspirer ton mamelon, tu voulais. Rah… Tant de chose. Repus, et surtout l’estomac un peu noué, tu fis comprendre que tu n’avais plus faim. Tu t’étais tout de même bien régalée. Les yeux mis clos sur la chaise, tu l’entendais, finir de manger. « tu me laisse m'occuper de ton dos maintenant ? » Tu le regardais avant d’essayer de ne pas penser à autre chose. Détournant le regard vers la trousse de secours, tu hochais doucement la tête avant de te lever. « Je vais allonger sur le lit ça sera mieux. »[/Color] C’est surtout que t’avais pas mis de soutien-gorge. Et tu te voyais pas te foutre les nichons à l’air dans la cuisine. Et puis… Ca pourrait l’excité. Pas que ça te dérange… Mais… Tu voulais résister bon sang. Enlevant ton haut dans la chambre, tu t’allongeais sur le lit, croisant les bras sous le coussin avant de bailler. Totalement bien dans ton lit de fortune, t’enfouissais la tête dans l’oreiller en attendant que Bok Sun, vienne pour te mettre de la crème ? Un truc dans le genre.

_________________
Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
17
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
bobby
CREDITS :
//

Jeu 5 Oct - 20:30
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ en dévorant ta soupe avant qu'elle ne refroidisse sous tes yeux, tu t'efforce de regarder partout sauf dans la direction de soo ri. à chaque fois que tu la regardais, tu est rappelé de ce qui s'était passé entre vous la nuit dernière, et certains de ces souvenirs étaient bien trop clairs et détaillés à ton goût pour le moment. tu ne peux qu'espérer que ton petit frère là-dessous, dans ton pantalon, se tienne à carreau tant qu'il lui était demandé. tu ne souhaitais pas non plus la mettre mal-à-l'aise, au point ou elle devrait te repousser et te dire de garder tes distances. bordel, t'es pas une bête sexuelle non plus, tu ne pouvais pas te permettre de te laisser aller comme ça et de donner les commandes à ton soldat miniature. c'est un peu de sa faute aussi, bien qu'elle en soit inconsciente. tu peux t'avancer et dire qu'aucune fille ne t'avait fait te sentir comme ça par le passé, même si c'est certainement parce que t'étais trop jeune et trop con pour t'embarquer dans des histoires d'amour compliquées, encore moins des relations stables. bon, ce n'est pas comme si tu pouvais prétendre à une quelconque relation stable avec soo ri, encore moins une relation de tout court. t'a passé une nuit avec elle, et alors ? ça ne veut rien dire, pour elle comme pour toi. il fallait quand même te rappeler que tu lui avais surement pourri la vie pendant un moment avant de décider d'être un tant soit peu potable niveau caractère aujourd'hui. tes yeux s'assombrissent l'espace d'un instant, et tu noie rapidement ta rancune envers toi-même en vidant ton assiette cul-sec. mais tu continuais à vouloir. même lorsqu'elle décide d'approuver ta décision et te prévient qu'elle part s'allonger sur le lit, ton esprit repart dans des endroits ou il ne devrait pas. tu peux l'imaginer sans même y être, allongée sur le lit avec son haut en moins, sa peau n'attendant que tes dents et tes lèvres pour la réclamer. « bordel, ça va être une véritable torture. » tu murmure en laissant ta tête tomber en arrière contre le dossier de ta chaise. tu ne pense pas être prêt pour cette épreuve, mais en même temps, t'es celui qui l'a proposé en premier. si tu dérape maintenant, t'a plus qu'à assumer les conséquences. avec une dernière inspiration, tu te saisis de la trousse de soins et entre dans la chambre. t'a un peu honte en entrant, parce que tu te rappelle que t'a pété la porte il y a pas si longtemps que ça, et qu'elle pend toujours misérablement. mais ton embarras s'envole par la fenêtre quand tu assimile la position de soo ri sur le lit, allongée sur le ventre, un coussin entre ses bras croisés, la tête enfouie contre le tissu. la vue de son dos et de ses fesses ne te donnait absolument pas de faux espoirs, du tout. tu déchante une fois de plus quand tes yeux parcourent la surface meurtrie de son dos, les tâches bleues et violettes qui s'étalent sur toute la longueur de ce dernier. t'aurais pu être plus tendre, tu ne t'en rends compte que tardivement. la mâchoire tendue, au point ou tes dents grincent légèrement, tu la rejoins sur le lit, enjambant le bas de son corps pour avoir accès à son dos et fouille la trousse de soins. « je te préviens, ça va peut-être piquer un peu. » et avec cet avertissement, tu commence à masser son dos avec la pommade que tu avais trouvé dans la trousse de soins, du plus délicatement que tu peux avec tes doigts gauches et maladroits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
51
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Kim Jennie
CREDITS :
j'arrive pas à lire sorry

IN MY HEART :
Boksun mais chut, faut pas le dire. Il se sentirait plus péter le gars.
Jeu 5 Oct - 20:36
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ C’était un peu bizarre entre vous ce matin, parce que la soirée que vous aviez passé ensemble la veille, avait tout brisé. Oh, pas dans le mauvais terme, au contraire, mais ça avait brisé quelque chose. Comme si vous aviez toujours été proches, alors que pas du tout. Cette tension sexuelle s’en était allé, ou pas, mais au moins, vous étiez différent. Comme si le sexe pouvait tout résoudre. N’importe quoi. En tout cas, après ce magnifique repas, rien de bien glorieux au final, il te proposa de te masser le dos avec la crème. T’étais un peu gênée, mais tu acceptais sa proposition. Tu ne sais pas ce que ça va donner, mais tu as un peu peur. Mordillant tes lèvres, tu files dans la chambre pour enlever ton haut. T’allongeant sur le lit, tu enfouissais ta tête dans le coussin, alors que tes bras sont croisés sous celui-ci. Soupirant, tu pourrais presque t’endormir là, alors que tu venais de manger. Tu l’entendais arriver, tu te figeais presque, attendant de voir ce qu’il allait te faire. Tu serrais doucement les poings en tirant parfois le coussin, pour te contrôler. Pas que tu sois tendu, mais un peu quand même. Et c’était tout de même désagréable comme sensation. Passant brièvement ta langue sur tes lèvres, tu le sentis enjamber ton corps. Ton cœur s’emballait un peu. Ok, rien de bien méchant, tu pouvais contrôler ça encore. « je te préviens, ça va peut-être piquer un peu. » Tu gémissais, comme simple réponse, avant de sentir la crème, d’abord froide sur ton dos, puis ses mains, totalement brulante. Frissonnant fortement, tu pouvais sentir la chair de poule sur ta peau. Puis la douleur. Ça te piquait un peu, mais ce n’était pas bien grave. Enfin, tu te demandais tout de même à quoi ressemblait ton dos, pour que ça te picote ainsi. Bougeant un peu les épaules, tu tendis le bras vers la table de nuit, sans pour autant l’atteindre. « Hum, tu pourras prendre mon téléphone et prendre une photo ? Je voudrais voir à quoi ça ressemble. » Dis-tu en laissant ton bras le long du matelas. Plus jamais, sur ce parquet pourris. Entre les planches qui se déboitaient et tout, ça t’étonnerait même pas d’avoir des échardes dans le dos.

_________________
Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
17
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
bobby
CREDITS :
//

Jeu 5 Oct - 20:37
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ la prochaine fois, parce que tu étais sûr qu'il y en aurait une avec la tension sexuelle qui était présente entre vous la veille et qui sommeillait désormais, tu mettrais un point d'honneur à l'allonger sur un matelas. parce que franchement, l'état de son dos n'a rien à envier d'une voiture qui se serait fait cribler de balles. entre les bleus qui forment un véritable canevas multicolore entre ses omoplates, jusqu'au endroits ou le bois pourri et couvert d'échardes avait fait des trous dans sa peau. le sang avait séché et avait disparu vu qu'elle s'était lavée ce matin, mais tu peux encore voir les vilains points rouges qui parsèment sa colonne vertébrale. même en massant la pommade sur son dos, essayant d'être le plus délicat possible avec son dos endolori pour ne pas empirer ses blessures ou encore pire, la faire crier de douleur et te recevoir un oreiller dans la tronche, tu te dit que c'était vraiment une mauvaise idée. quelle idée folle de faire l'amour sur le parquet, sérieusement. surtout sur un parquet d'appartement comme le tien, qui n'a plus toute sa jeunesse et qui s'effrite tout seul. avec les années et le nombre de liquides qui ont été renversés dessus, c'est un véritable miracle qu'il ne s'écroule pas sous vos pieds. même si votre partie de jambes en l'air d'hier soir avait été un véritable paradis pour toi, tu ressens le besoin de t'excuser pour son dos. mais t'as une fierté tellement mal-placée que tu coince simplement ta bouche contre l'intérieur de ta joue pour t'empêcher de parler, à la place continuant d'appliquer le gel froid sur son dos. que tu panse ses blessures était une sorte d'excuse déjà, dans ton langage. « ouais, bien sûr. » tu suis son doigt, qu'elle pointe en direction du chevet, et tu la quitte pour ramasser le téléphone. tu ne retourne pas sur le lit, tu préfère prendre la photo de loin, au-dessus. tu ne lui donne pas le téléphone tout de suite, tu contemple la photo pendant un moment, comme hypnotisé. t'es presque tenté de courir hors de la chambre pour aller ramasser ton téléphone et t'envoyer illico presto cette image, pour garder un souvenir, conserver une trace de ce qui s'était passé entre vous deux. à la place, tu lui donne son téléphone, frottant tes mains sur ton jean pour t'occuper et dissimuler ta gêne. partagé entre la douleur qu'elle devait ressentir et le plaisir que toi tu ressentais en voyant son dos, à te demander si tu n'a pas un penchant bizarre. « j'suis pas médecin, mais ça devrait ressembler à quelque chose de mieux dans pas longtemps. je pense. » t'es assis sur le bord du matelas, la tête tournée dans sa direction. tu ne préfère pas mettre un vêtement sur son dos, pas tout de suite, pour laisser le temps au produit de faire son effet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
51
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Kim Jennie
CREDITS :
j'arrive pas à lire sorry

IN MY HEART :
Boksun mais chut, faut pas le dire. Il se sentirait plus péter le gars.
Jeu 5 Oct - 20:38
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ Allongée sur le lit, tu attendais qu’il te masse. Qu’il te soulage de cette douleur qu’il t’avait infligé hier soir. Entre les boites aux lettres (surtout sa force à lui) et le parquet, et les frottements assez francs, on peut dire, que ton dos, a souffert. Tu ne lui en voulais pas, parce que le plaisir que tu avais pris hier soir, était franchement bon. Il avait été au top, et si tu pouvais le refaire avec lui, tu signerais à nouveau. Par principe, t’essayais de te retenir. Pas aujourd’hui. Pas le lendemain quand même… Ça faisait vraiment… Fille facile à tes yeux. Tu voulais le faire poireauter, autant que toi, tu te faisais du mal à attendre. C’était un principe, c’était comme ça. Tu serrais ta mâchoire, parfois, suivant les endroits où il passait, mais ça va, tu devrais réussir à survivre, t’as vécu bien pire dans ta vie. A savoir ta leucémie quand tu étais gamine… Là, c’était bien plus douloureux. Soupirant, tu lui demandais d’attraper ton téléphone, pour prendre en photo ton dos. Tu voulais le voir en entier, et voir surtout l’état dans lequel il était. Et t’avais l’impression, que ça ne devait pas être beau à voir. Tu le laissais faire. Alors que ses mains ne touchaient plus ta peau, elles te manquaient déjà. Ses mains chaudes et douces… T’inspirais longuement alors qu’il finit par te donner ton téléphone. Regardant la photo, tu fis une petite grimace. Bon… Ben, d’ici une semaine, peut-être que tout sera dans l’ordre ? « j'suis pas médecin, mais ça devrait ressembler à quelque chose de mieux dans pas longtemps. je pense. » Tu passais rapidement ta langue sur tes lèvres avant de poser ton téléphone sur le lit. « Si tu me mets de la crème au moins deux fois par jour… ça devrait s’améliorer assez vite. » Tu soupirais longuement en fermant tes yeux. Tu savais que la crème était encore sur ton dos. De toute évidence, t’avais bien envie de te reposer en fait. « Je crois que je vais dormir un peu… J’étendrais le linge à mon réveil… T’as un étendoir au moins ? » Tu soupirais doucement en t’allongeant un peu sur le côté, pour recroqueviller tes jambes. « Au pire, j’irais en acheter un… après… » Ta voix était de plus en plus basse, parce que tu t’endormais déjà…

_________________
Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
17
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
bobby
CREDITS :
//

Jeu 5 Oct - 20:40
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ c'était tellement bizarre, de la soulager de cette douleur que tu lui avais infligé toi-même. comme si tu est à la fois le poison qu'elle consommait et à la fois le remède qui la guérissait. tu n'a pas envie de te casser la tête à réfléchir de trop, parce que ça te donne des migraines et ce n'est juste pas toi, mais tu te surprends une fois de plus à penser qu'il y a quelque chose de profond entre vous. parce qu'une telle évolution te laisse perplexe, de comprendre comment et pourquoi de captive elle était devenue la femme qui partageait ton lit, et que tu massais à présent pour prendre soin de ses blessures. tu avais du mal à comprendre ou situer votre relation, parce qu'elle n'était plus la prisonnière que tu enchaînais littéralement à ce même lit ou elle était allongée tranquillement maintenant.  mais tu balaie cette réflexion rapidement, préférant l'écouter parler à la place, remplissant ta tête de sa voix plutôt que celle qui te soufflait des choses qui te faisait trembler. elle s'attend à ce que tu lui applique le traitement plusieurs fois par jour pendant une semaine, et bizarrement, tu ne dis pas non, tu ne t'exclame pas que tu préférerais mourir plutôt que de faire ça comme tu aurais fait il y a encore quelques jours. à la place, tu acquiesce silencieusement, tes yeux retournant rapidement sur son dos pour évaluer l'étendue des dégâts une dernière fois. peut-être que tu devrais aller chercher d'autres médicaments à la pharmacie, ou même l'emmener au médecin. mais comment expliquer la raison pour laquelle soo ri se retrouvait avec un dos aussi meurtri ? tes joues chauffent rien qu'à y penser, et la gêne refait son apparition, vicieuse et maligne. « si ça fait trop mal et que tu ne le supporte plus, dis-le moi. on t'emmènera voir un médecin s'il le faut. » ta voix est douce lorsque tu lui parle, tes doigts tombant inconsciemment dans ses cheveux, pour tirer sur les boucles et caresser la cascade brune qui tombait sur ses épaules. peut-être parce qu'elle semble sur le point de s'endormir, ou que tu te sens d'humeur affectueuse, qui sait. elle bouge pour s'allonger sur le coté, recroquevillant ses jambes contre sa poitrine, et ton cœur se serre comme tu l'observe faire. elle n'a rien de la fille à l'air dure que tu affrontais quelques semaines plus tôt : couchée de la sorte dans ce lit, elle te faisait plus penser à une enfant, vulnérable. « t'en fais pas pour l'étendoir. je m'occuperais de ça. » tu murmure en te penchant pour presser un baiser contre sa tempe, tes lèvres s'attardant plus que prévu là. elle reste toujours aussi chaude et douce contre toi, et tu te relève brusquement pour quitter la pièce lorsque tu t'en rends compte. si rien qu'un seul contact suffisait à te faire frémir, qu'arriverait-il lorsque tu aurais besoin de plus ? l'idée de devenir dépendant envers soo ri se fait plus pressante que jamais dans le fin fond de ton esprit, comme tu ressors de la chambre pour aller t'effondrer sur le canapé, sortant ton téléphone pour vérifier ou diable à une telle heure et à un tel jour tu pourrais te procurer un étendoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MESSAGES :
51
HERE SINCE :
30/09/2017
AVATAR :
Kim Jennie
CREDITS :
j'arrive pas à lire sorry

IN MY HEART :
Boksun mais chut, faut pas le dire. Il se sentirait plus péter le gars.
Jeu 5 Oct - 20:40
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ Allongée sur le lit, tu profitais pleinement de ce moment, alors qu’au fond, tu commençais à t’endormir. Bien que la crème t’ait fait un peu mal, tu commençais à sentir la chaleur se répandre dans ton corps, et puis, tu étais encore épuisée. Pourtant, tu avais bien dormi cette nuit. Du moins dans tes souvenirs, même si c’était par terre… Faut dire qu’il t’avait assez épuisé, pour que tu en viennes à bien dormir donc… Tu comptais bien faire une sieste, de cinq minutes, ou un peu plus, t’en sais trop rien, tu souhaites juste dormir, parce que là, les yeux fermés, Morphée il était en train de te kidnapper. « si ça fait trop mal et que tu ne le supporte plus, dis-le moi. on t'emmènera voir un médecin s'il le faut. » Tu hochais la tête, même si tu te doutais que t’en aurais pas besoin. Et puis, tu ne te voyais pas trop expliquer pourquoi et comment tu t’étais fait ça. Un frisson s’empara doucement de toi, alors que tu t’allongeais sur le côté en disant que tu étendrais le linge une fois réveillé. Mais pour ça faudrait qu’il ait un étendoir non ? Faut dire que d’habitude, tu fais tes machines près de la fac parce que tu ne voulais pas faire ça chez lui… « t'en fais pas pour l'étendoir. je m'occuperais de ça. » Pas le temps de répondre, pas le temps de rien, que tu sentis sa bouche, ses lèvres, sur ta tempe. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que ça te brûle tout le corps ? T’as chaud, t’as l’impression, que l’électricité passe dans tout ton corps. Il ne devrait pas avoir cette faculté. Tu le haïssais et pourtant, il t’attirait à présent. Ne dit-on pas qu’entre la haine et l’amour il n’y a qu’un pas ? De penser ça, t’as qu’une envie, c’est de fuir. Pour autant, tu ne bouges pas. Tu l’entends partir, et là, tu sens la pression retomber. Ton cœur bat la chamade, et il te faudra bien bon vingt minutes pour réussir à t’endormir.

Tu ne sais pas combien de temps tu as dormi. Mais quand tu te réveilles tu trouves que le ciel est plus sombre que tout à l’heure. Faut dire que vous vous étiez couché tard, pour vous lever tard. L’après-midi était bien avancée. Soupirant, tu te relevais avant de faire craquer ton dos. Grimaçant, tu posais tes pieds sur le parquet glacé avant de tituber jusqu’à l’armoire pour troquer le bas de ton pyjama, contre des vêtements normaux pour sortir. Juste de quoi aller à la pharmacie en bas. D’ailleurs, tu ne mis même pas de soutien-gorge, cette flemme. Sortant de la chambre en trainant les pieds, tu te dirigeais vers la cuisine avant de te prendre un verre d’eau bien fraiche. Soupirant tu te frottais le visage avant de bailler. Te tournant, tu filais dans le salon pour voir Bok Sun. « Ça te dérange si je sors deux minutes acheter deux trois bricoles en bas ? » Tu ne sais pas trop s’il va vouloir… Mais t’aimerais qu’il te fasse confiance. Tout ce que tu veux c’est aller acheter une pilule du lendemain pour pas avoir de monstre dans ton ventre. « Ca te dit que je ramène en même temps de la bouffe de la vieille dame d’en bas ? » T’aimais bien les streetfood. Autant essayer de l’appâter, comme tu peux.

_________________
Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
He is my secret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Secret Story Saison 5 RPG recrute un Modo !
» [Emy] Secret
» Secret Story 5, débarque sur BboxTV
» code secret oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
down under :: High level bullshit :: as useful as a fork in China :: Version n°1-
Sauter vers: